• Cargos, la face cachée du fret - Arte

    Ils échappent aux regards. Pourtant, chaque jour, des dizaines de milliers de cargos font tourner l'économie planétaire. Embarquement édifiant.
    Pour un cargo, quel est le plus sûr moyen de devenir célèbre ? Faire naufrage, pardi ! Répandre des dizaines (voire des centaines) de milliers de tonnes de fioul lourd sur un littoral à la manière de l'Amoco Cadiz, de l'Exxon Valdez, de l'Erika ou du Prestige. Ou alors dériver dangereusement vers une côte (peuplée d'occidentaux, c'est mieux) comme le Modern Express. De fait, ce cargo immatriculé au Panama et rempli de 3600 tonnes de bois et d'engins de travaux aura tenu les médias en haleine pendant une semaine, jusqu'à son arrivée ce mercredi 3 février au port de Bilbao, dans le nord de l'Espagne.
    Pourtant, le Modern Express est l'arbre qui cache la forêt des accidents maritimes. Un tous les trois jours (et loin des caméras, donc), nous apprend Cargos, la face cachée du fret, un documentaire spectaculaire et passionnant sur le transport de marchandises. Car ce sont des dizaines de milliers de mastodontes qui sillonnent sans relâche les mers et les océans du globe.
    Made in Bangladesh
    Tout a commencé par une drôle de gymnastique, un soir de 2013, sur une plage de Barcelone. Denis Delestrac et son équipe trinquent à la santé de Sable : enquête sur une disparition, un ambitieux et remarquable documentaire qu'ils viennent d'achever. Un ­cargo passe à l'horizon, les entrailles gonflées de Dieu sait quoi. Quelles marchandises peut-il bien transporter, s'interrogent-ils : des téléviseurs, des Playmobil, des flûtes à champagne, des tournevis, des motoneiges ? Ou alors des vestes de costard, comme celle que porte Delestrac, estampillée « made in Bangla­desh » ? Et les voilà qui se tordent en tous sens pour déchiffrer les étiquettes de leurs fringues.

     

    Chaque année, 120 gros porte-conteneurs coulent.
    Chaque année, 150 000 tonnes de pétrole brut contaminent les océans de la planète.
    Chaque JOUR, 5000 tonnes de produits toxiques sont déversés en mer. (dégazages)

    Un tiers des cétacés souffrent de lésions auditives irréversibles (à cause du bruit des moteurs des navires), d'autres en meurent car ils sont désorientés.

    Les 20 plus gros porte-conteneurs polluent autant que l'ensemble du parc automobile mondial !
    Et ce n'est pas 20 mais 60 000 navires qui circulent tous les jours sur les mers !!

    Plus d'infos :

    => Film documentaire Qui contrôle la mer ? - Arte (2009)

    Cargos, la face cachée du fret - Arte


    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :