• Dans cette vidéo un statisticien explique que l'on doit corriger les données de surmortalité :

    - en fonction de l'évolution de la population : nombre d'habitants en France. (plus d'habitants signifie plus de décès...)

    - en fonction de la pyramide des âges : de plus en plus de personnes qui ont plus de 65 ans. Les baby-boomers commencent à entrer dans cette catégorie. Les personnes dans la tranche des plus de 65 ans meurent plus que les personnes plus jeunes. Ce fait doit donc être utilisé pour corriger les données brutes.

    - en tenant compte de l'effet moisson qui fonctionne suivant un cycle de 3 ans : des personnes faibles survivent à une ou deux années sans épidémie virulente ou canicule étouffante... et meurent la troisième année. 2020 est une année moisson, donc de surmortalité.