• Jean-Marc Jancovici : "De Daech à la COP21" le 19/11/2015 à l'ESPCI

    Une approche documentée, pragmatique (mais aussi pro-nucléaire et pas nécessairement décroissante) des problèmes énergétiques et climatiques qui se posent.

    Jean-Marc Jancovici, né en 1962, est un ingénieur français diplômé de l'École polytechnique et de École nationale supérieure des télécommunications de Paris. Il est chef d'entreprise, consultant, enseignant, conférencier, auteur de livres et chroniqueur indépendant. Il est connu pour son travail de sensibilisation et de vulgarisation dans la thématique énergie-climat.

    Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Marc_Jancovici

     "Vous ne voulez pas d'un monde à 2°C, vous aurez la guerre. C'est comme ça que se pose l'équation. [...] Moi je pense que la guerre va arriver. [...]
    Vous comprendrez pourquoi [...] j'en veux tant aux écologistes bon teint qui pensent qu'il est urgent de dépenser nos milliards dans les panneaux solaires ; parce que c'est la meilleure preuve qui soit qu'on ne croit pas aux problèmes. Si vous croyez vraiment qu'on est en train de risquer la guerre, vous ne commencez pas par foutre vos milliards dans un truc qui ne sert à rien. Vous commencez par foutre vos milliards dans un truc qui va servir à éviter ce qui va causer la guerre. [...] Et entre vous et moi, entre l'insurrection généralisée dans tous les pays limitrophes de l'Europe et les conséquences chez nous, et le fait qu'une fois tous les vingt ans on évacue 100 000 personnes parce qu'on n'est pas foutu de gérer nos centrales nucléaires, je préfère très nettement la deuxième option, y compris pour moi. Je préfère très nettement être évacué une fois tous les vingt ans plutôt que nos enfants [...] vivent dans un pays en guerre."  Jean-Marc Jancovici
    propos écoutables dans la vidéo ci-dessus à 1h09min

    Plus d'infos :

    => Le site du Réseau Sortir du nucléaire

    => Manicore.com, le blog de Jean-Marc Jancovici

    => Le site de l'ESPCI, École Supérieure de Physique et de Chimie Industrielle de Paris

    => Article de ce blog Décroissance ou décadence

    => Article de ce blog Réfugiés : le naufrage occidental

    => Article du blog Oil Man, Chroniques du début de la fin du pétrole (Matthieu Auzanneau) Daech, le climat et le pic pétrolier : aperçu des "tempêtes parfaites" de demain ?

    => Le livre Dormez tranquille jusqu'en 2100 de Jean-Marc Jancovici :

    Qu’est-ce qu’on oublie souvent quand on analyse la situation du monde ? Les ressources énergétiques. Elles sont non seulement le nerf de la guerre, mais aussi celui de l’économie et de l’écologie. La méconnaissance de leur importance cruciale a incité Jean-Marc Jancovici à exposer la face « énergétique » des grands thèmes qui font de façon récurrente la une de l’actualité.

    Si vous pensez que l’extrémisme politique n’a aucun rapport avec notre addiction au pétrole, que le changement climatique attendra avant de se manifester vraiment, que le nucléaire n’est pas écologique, que l’Allemagne est un exemple à suivre en matière de transition et que la croissance économique reviendra nécessairement pour financer ce qu’il faudra entreprendre, ce livre va vous surprendre et vous faire découvrir la face cachée d’une actualité trop consensuelle pour être écologiquement honnête.

    Jean-Marc Jancovici, ingénieur de l’École polytechnique, est consultant, enseignant et fondateur de la société Carbone 4. Il anime The Shift Project destiné à accélérer la transition énergétique et a collaboré à l’élaboration du Pacte écologique de la Fondation Nicolas Hulot. Inlassable médiateur des questions écologiques via ses chroniques à la télévision ou son blog sur Internet, il est l’auteur de nombreux ouvrages qui ont rencontré un vif succès. 
    Sommaire du livre

     

    Introduction

    La croissance reviendra, puisqu’elle est indispensable

    L’université pour tous, évidemment

    Dormez tranquilles jusqu’en 2100

    Solaire et éolien : comment faire sans ?

    L’Allemagne, notre icône

    Le charbon, c’est du passé !

    Toujours plus de CO2

    Écolo et pronucléaire ?

    La crise de la dette, c’est la faute aux banques

    Pétrole et Front national sont dans un bateau

    Vous en reprendrez bien une louche ?

    Le miracle de la croissance verte

    Que le progrès soit avec toi

    Internet nous sauvera !

    Mais que font les Nations Unies ?

    La concurrence ou l’environnement, il va falloir choisir

    Le ministre et (l’oubli de) de la règle de trois

    Conclusion              

     

     

     

     

     

     

     

    Introduction

    Qui d’entre nous n’a jamais entendu, durant sa scolarité, cette maxime énervante, généralement professée d’un ton sentencieux lorsqu’on n’a rien compris à la question : "Un problème bien posé est déjà à moitié résolu" ? La vie se chargera pourtant de nous rappeler à tous, un jour, que la meilleure manière de ne pas résoudre un problème est de se tromper sur la façon dont il se présente. Combien de patients des médecins des temps anciens sont passés un peu plus vite de vie à trépas grâce aux diètes et aux saignées, dont on pensait à l’époque, probablement en toute bonne foi, qu’elles étaient les meilleurs remèdes possible ?

    Plus le domaine est technique, et plus les malentendus sont fréquents. Plus l’évolution du reste de la société en dépend, et plus les conséquences de ces malentendus sont potentiellement graves. Avec l’énergie, nous avons tiré le gros lot : toute la société moderne en dépend, et il y a mille occasions de se perdre dans cette forêt peuplée de kilowattheures et de tonnes équivalent pétrole.

    Dans les débats sur la meilleure manière de bâtir un système énergétique durable, nous devrions donc être particulièrement attentifs à éviter les chausse-trapes, tant les conséquences sont susceptibles de transformer nos rêves de paradis en enfer. Et pourtant, nous n’en faisons rien, et continuons à disserter sur l’avenir à partir d’un problème posé de travers. La probabilité que nous trouvions la « bonne » voie pour nous diriger vers un avenir sympathique n’est alors pas beaucoup plus élevée que celle d’avoir un triple 6 lors d’un lancer de dés, ou, dans une version plus désagréable, de survivre à trois tirs de roulette russe avec 5 balles sur 6 dans le barillet.

    Et ce n’est pas un hasard si ce livre évoque les troubles au sud de la Méditerranée et les réfugiés qui ont commencé à toquer à notre porte, la montée des extrêmes droites en Europe, le chômage croissant, la faillite de Lehman Brothers, et d’autres désordres qui, pour le grand public, ne semblent en rien reliés à des kilowattheures, ou plutôt à leur manque. Une fois tournée la dernière page de ce livre, j’espère que mon lecteur partagera avec moi la conviction que c’est bien ce genre de troubles, et pire, qui sont à redouter si nous ne faisons pas l’effort de remettre à l’endroit la question énergie-climat.

    Jean-Marc Jancovici : "De Daech à la COP21" le 19/11/2015 à l'ESPCI

    Les Guignols, été 2008
    A qui profite vraiment le Terrorisme ? Comment gouverner le monde par la peur...!

    Jean-Marc Jancovici : "De Daech à la COP21" le 19/11/2015 à l'ESPCI


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :