• La Décroissance : questions / réponses

    ORIGINES
     
      
    D’où vient l’idée de la décroissance ?
     
    - Le principe de freiner la machine industrielle est très ancien et appartient à l’écologie.
    - Le Club de Rome publie en 1972 un rapport “Halte à la croissance” qui introduit la notion de croissance zéro.
    - Nicholas Georgescu-Roegen, mathématicien et économiste américain, applique la loi de l’entropie à l’économie - la dégradation des ressources naturelles s’oppose à une croissance sans limite - et appelait à une décroissance économique, dans les années 80.
     
    Ce mouvement existe-t-il ailleurs qu’en France ?
     
    - Il marche très fort en Italie, démarre en Espagne, balbutie au Portugal.
     
     
    DÉFINITIONS
     
    Qu’est le concept de décroissance ?
     
    -    Le concept de décroissance n’est pas une idéologie mais un moyen.
    -    Il est limité jusqu’à aboutir à un niveau d’équilibre, il est soutenable.
     
    Qu’est-ce qu’une société de croissance ?
     
        C’est plus qu’une société avec de la croissance. C’est une société structurée autour de la croissance.
     
    Qu’est-ce que la croissance ?
     
    - C’est la croissance du PIB (Produit Intérieur Brut), c’est-à-dire de la production annuelle de biens et de services marchands. C’est une mesure de la productivité, purement quantitative, qui ne mesure pas les gains ou pertes en bien-être.
        Plus globalement, le PIB mesure les recettes, pas les dépenses. Il ignore la facture de nos productions.
     
    Quand a commencé la croissance ?
     
    - Depuis deux siècles et demi environ. Depuis le début de l’ère industrielle.
     
    Quand a commencé la mondialisation ?
     
    - Non pas avec la mondialisation du marché avec Christophe Colomb mais avec la marchandisation du monde après la chute du Mur de Berlin (1989).
     
     
    LE FONCTIONNEMENT DU SYSTÈME
     
    Quelles sont les armes du système ?
     
    - La publicité, l’obsolescence programmée et le crédit.
     
    Comment fonctionnent-elles ?
     
    - La publicité, première dépense mondiale après l’armement (500 milliards de dollars par an), pousse à l’insatisfaction.
    - L’obsolescence programmée est le sabotage volontaire des produits qui en programme l’usure.
    - Le crédit endette les ménages pour 80 % du PIB.
     
     
    INDICE DE MESURE
     
    Comment mesurer notre empreinte écologique ?
     
    -    L’espace bioproductif de la Terre est de 1,8 hectare par habitant. Or nous en consommons 2,3. Donc, ça ne peut pas durer.
        Cela correspond à 3 planètes par français (si tout le monde vivait comme nous), 6 par américain.
     
    A qui prenons-nous l’espace bioproductif ?
     
    - Les pays du Nord sont aidés par les pays pauvres qui consomment moins d’espace bioproductif.
     
     
    LE CONSTAT
     
    Cela peut-il durer ?
     
    -    Non. Avec une croissance de simplement 2 % par an, nous consommerons 30 planètes en 2050.
     
    Qu’est-ce qui va décroître malgré nous ?
     
    -    Il nous reste 20 ans de zinc, 36 ans de cuivre, 50 ans de nickel, 20 ans de plomb, 40 à 60 ans de pétrole, 70 ans de gaz naturel, 60 ans d’uranium. Nous pouvons ajouter l’eau potable, les terres cultivables.
     
    Quelles conséquences ?
     
    - Une grave crise économique, environnementale, sociale, humaine, et une décroissance brutale et obligée.
     
    Y a-t-il d’autres conséquences ?
     
    - Une dégradation de l’environnement. Atteinte de la couche d’ozone, réchauffement climatique, perte de la biodiversité, pollutions en tout genre, atteinte de notre santé (obésité, cancers, diabètes, maladies cardiovasculaires…).
     
    Quelle sont les conséquences économiques de la croissance ?
     
    - Étant basée sur une exploitation des ressources du tiers-monde, elle creuse les inégalités.
    - Le rapport entre les revenus des plus riches et des classes moyennes est passé de 50 à 2400 en 30 ans.
    - Depuis 1980, le chômage a crû de 50 % alors que le PIB a crû de 156 %.
     
     
    LES SOLUTIONS
     
    Comment retrouver une empreinte écologique inférieure à une planète ?
     
    -    Il suffit de revenir à une consommation des années 70. Or, le consommateur ne consomme guère plus. C’est le déplacement de chaque produit qu’il consomme qui fait la différence.
     
    Quelles solutions ?
     
    - Internaliser les coûts de transport (un camion use une route comme 300 voitures. Il doit payer 300 fois plus).
    - Relocalisation des activités.
    Une vie plus localisée supprimera les énormes frais du “déménagement
    planétaire” (les transports induits par la délocalisation).
    - Retour à l’agriculture paysanne et biologique (créatrice d’emplois). On
    pourrait ainsi passer de 2 ou 3% de paysans (aujourd’hui) à 10% (demain).
    - Convertir les gains de productivité en réduction de temps de travail.
    En deux siècles, les gains de productivité en augmenté 30 fois. On
    pourrait produire moins et travailler moins.
    - Stimuler la production de biens relationnels à l’inverse des biens matériels.
    Plus on consomme des biens comme le savoir ou l’amitié, plus il y en a.
    - Réduire le gaspillage d’énergie.
    - Réorienter la recherche vers les énergies renouvelables (bois, solaire,
    hydroélectricité, géothermie, énergie marémotrice, éoliennes…)
    - Pénaliser les dépenses de publicité.
    - Revenir à un protectionnisme relatif. La société doit être conçue comme un organisme avec un système immunitaire.
     
     
    CONSÉQUENCES DES SOLUTIONS
     
    Cela va-t-il créer du chômage ?
     
    -    Il s’agit au contraire de partager le travail. Nous produisons 30 fois plus qu’il y a deux siècles et nous sommes en valeur absolue 5 fois plus riche qu’après la guerre. Il y a de quoi travailler moins tout en partageant le travail et les revenus.
     
    Ne peut-on compter sur des solutions technologiques ?
     
    - Le miracle de la science ne peut aller contre le principe de l’entropie* qui est un principe de réalité.
     
    Le nucléaire est-il une solution ?
     
    - Non, car il n’y a pas assez d’uranium.
     
    Quel est votre rapport avec la loi ?
     
    -    Il s’agit de recréer des limites, donc de revenir à des lois et de cesser les déréglementations.
     
    Refusez-vous la technologie ?
     
    - Non, à condition d’en maîtriser les effets secondaires. Nous acceptons une technologie au service de l’homme et non l’inverse.
     
    Y a-t-il un état d’esprit de la décroissance ?
     
    - Oui, c’est un choix de simplicité volontaire. Un choix de retour au qualitatif, c’est-à-dire aux relations humaines, aux échanges culturels, à la croissance du bien-être et de la santé…

     

    Article écrit par Jean-Luc Coudray

    * principe de l'entropie : à chaque fois qu'on transforme une matière il y a une perte (perte en qualité, en quantité ou consommation d'énergie). Le recyclage à l'infini est une illusion. C'est une loi physique ; la technologie peut réduire ce phénomène mais sans pouvoir le supprimer.

     

    Plus d'infos :

    => Article de ce blog "Développement durable ou Décroissance ? "

    => Télécharger article "Devons-nous souhaiter la croissance ? "

    => Télécharger article « 2014 08 07 Marianne - Vivre l'abondance frugale et vivre mieux - Serge Latouche.pdf » extrait de la revue Marianne

    => Journal La Décroissance

    => Institut d'Études Économiques et Sociales pour la Décroissance Soutenable


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :