• Regardez la lumière mes jolis - Jordan Brown

    Le numérique :

    - modifie notre façon de penser,
    - diminue l'empathie,
    - augmente le narcissisme « auto-exprimé »,
    - augmente l'intelligence de type QI (résolution de problèmes logiques),
    - diminue la compréhension des choses plus abstraites. 

    Le web devient pour l'être humain une mémoire externe. Si nous mémorisons moins de choses et nous nous reposons sur la mémoire externe, alors les discussions interactives avec d'autres humains seront plus difficiles (moins fluides, par manques de connaissances acquises). Les impacts d'internet sont les mêmes sur les adultes, les adolescents ou les personnes âgées. 

    « Je crois que nous allons finir avec une génération de gens qui seront très doués pour utiliser internet, très bons pour trouver une information et la traiter rapidement, mais qui n'auront aucune capacité de contemplation, de concentration ou d'investissement profond avec l'information. » 

    La culture de l'écran pousse les gens à se regarder eux-même et pas à être attentif au monde. Il s'agit d'une insularité. Vous diminuez votre capacité à penser, à méditer et à être calme, parce que vous êtes constamment bombardé de messages.

     

    En fonction de notre profil d'internaute, les résultats d'une recherche Google diffèrent. Cela risque de renforcer les antagonismes dans la société car, en plus d'avoir sa propre opinion, chacun maintenant a ses propres faits. L'écran ne fait que construire un monde à notre image. Il renforce le pouvoir des entreprises : en ligne, le produit n'est pas le contenu, c'est vous ! Cette méthode de manipulation est désormais si efficace que la politique se met à l'utiliser. Les milliardaires que l'on retrouve derrière les politiciens vendus aux intérêts des entreprises donnent non seulement des sommes considérables aux candidats, mais utilisent le Big Data afin d'élaborer des campagnes extrêmement ciblées, personnalisées.

     

    De plus en plus de données personnelles sont enregistrées. Nous avons tous des choses à cacher (mots de passe, habitudes de nos enfants, problèmes de santé etc). 

    « Les juifs qui vivaient aux Pays-Bas en 1939 n'avaient rien à craindre d'une base de donnée les identifiant comme juifs. Eh bien ils ne craignent plus rien aujourd'hui, ils sont tous morts. Sauf quelques uns. » 

    Les informations sont des choses complexes et délicates. Donc, lorsqu'on considère les données personnelles, l'usage de ces données personnelles et leur interprétation, il faut faire très attention. Le KGB, la Stasi, les SS et la Gestapo n'auraient jamais pu rêver d'une telle capacité à surveiller la population. Le risque c'est que nous arrivions à un état totalitaire comme l'Allemagne de l'Est.

     

    Nous sommes dans une situation où une grande partie de la population ne vote pas, ne s'intéresse pas aux problèmes sociaux, est complètement éteinte : on parle alors de dépolitisation. La population est lobotomisée. Il s'agit d'une manipulation de l'individu par l'information. D'une exploitation. Nous ne grandissons pas dans une culture qui encourage l'esprit critique, ou la pensée radicale, ou d'ailleurs, la pensée en général.

    Chaque application, chaque site web, chaque service cherche en réalité à accaparer votre attention. Tous sont en compétition pour la seule ressource finie dont nous disposons : notre attention, notre temps. La société peut être acculturée et programmée à l'aide de puissantes formes de persuasion basées sur l'addiction et la récompense. La culture de l'écran est non seulement addictive mais elle est addictive de manière obsessionnelle-compulsive. Il s'agit d'un problème de santé [publique].

    Il nous a fallu 20 ans pour réaliser que les fast food causent l'obésité. Combien de temps nous faudra-t-il pour qu'on réalise la nature addictive de l'usage des smartphones ? Il faut agir aujourd'hui. On observe une augmentation de la distraction, de la violence et de l'addiction liées aux technologies-écrans.

     

    Bientôt , nous discuterons non seulement des impacts sociaux de la technologie, mais aussi de comment la technologie est devenue société. Qui contrôlera cette nouvelle structure intelligente ? Et quels seront les droits contrôlés ? 

    Les transhumanistes croient qu'un jour les humains seront intégrés à la machine. C'est déjà le cas. Nous sommes déjà associés à des machines et fascinés par des machines. 

    Ceux qui possèdent la technologie se distinguent de plus en plus des autres, de ceux qui vivent avec un dollar par jour et sans accès à l'eau potable. Et puis il y a ceux qui sont gavés de jeux vidéos, de Prozac, de Botox etc. Ce monde n'est viable ni écologiquement ni économiquement.

     

    La mythologie prétend que la technologie nous dépasse, que la technologie est comme une grande force de l'univers, qu'elle « progressera inéluctablement » et que tout ce que nous pouvons faire c'est aller avec elle ou la laisser faire, qu'il est impossible de stopper la technologie. Il s'agit d'un mythe, conçu pour que nous nous sentions impuissants, sans mot à dire sur la manière dont la technologie est utilisée. Parce que la technologie est l'expression des élites de la société qui l'a créée. La résistance n'est pas futile.

    Cette culture va consumer le monde afin d'alimenter ces machines. La technologie a une valeur culturelle loin d'être neutre. Elle a un énorme impact sur le monde vivant. Le principal objet de l'ordinateur (connecté à internet) est de servir l'armée et le marché. Tout le reste n'est qu'accessoire. L'économie mondiale ne pourrait pas exister sans ordinateur.

     

    Plus d'infos :

    => Site Le Partage, critique socio-écologique radicale 

    => Article Le Partage Les ravages de l'industrialisme : les impacts des nouvelles et des hautes technologies

    => Article Le Partage Les nouvelles technologies : impacts sociaux et écologiques

    => Article Le Partage Les réalités occultées du "progrès" technique : inégalités et désastres socio-écologiques

    => Le site du collectif grenoblois Pièces et main d'oeuvre


    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :