• C'est la souffrance éthique qui rend malade les salariés - Christophe Dejours

    Le triomphe de la gestion est donc à l'origine de la multiplication des burn-outs ?

    Il existe une mode du burn-out. Sa définition clinique est pourtant précise, il s'agit d'un syndrôme d'épuisement professionnel. Or, dans de nombreux cas, c'est la souffrance éthique qui rend malade les salariés, le fait d'être amenés à faire des choses qu'ils réprouvent moralement.

    Cette confusion ne tient pas au hasard : les idéologies du Medef participent à la popularisation de ce terme qui empêche de penser. Bien sûr, la demande de reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle est portée par des gens biens, mais ce débat permet de noyer le poisson. c'est d'ailleurs le principe du langage managérial. À partir du moment où vous l'utilisez, vous déformez votre pensée. Burn-out, harcèlement moral sont des "pièges à cons" !
    Christophe Dejours, psychiatre, psychanalyste et professeur de psychologie français, spécialiste en psychodynamique du travail et en psychosomatique.
    (extrait d’une interview parue en janvier 2019 dans L’Humanité)

    ___
    Définition de la santé par le psy Georges Canguilhem
    Je me porte bien dans la mesure où je me sens capable de porter la responsabilité de mes actes. "
     

     
    Plus d'infos :
     
    => Le livre La société malade la gestion de Vincent de Gaulejac
    C'est la souffrance éthique qui rend malade les salariés - Christophe Dejours  

    Sous une apparence pragmatique, la gestion constitue une idéologie qui légitime la guerre économique et l'obsession du rendement financier. Les « gestionnaires » installent en fait un nouveau pouvoir managérial. Il s'agit moins d'un pouvoir autoritaire et hiérarchique que d'une incitation à l'investissement illimité de soi dans le travail pour tenter de satisfaire ses penchants narcissiques et ses besoins de reconnaissance. Il s'agit d'instiller dans les esprits une représentation du monde et de la personne humaine, en sorte que la seule voie de réalisation de soi consiste à se jeter à corps perdu dans la « lutte des places » et la course à la productivité.


    Or, pour comme pour mieux assurer son emprise, cette logique déborde hors du champ de l'entreprise et colonise toute la société. Aujourd'hui, tout se gère, les villes, les administrations, les institutions, mais également la famille, les relations amoureuses, la sexualité... Le Moi de chaque individu est devenu un capital qu'il doit faire fructifier.


    Mais cette culture de la haute performance et le climat de compétition généralisée mettent le monde sous pression. Le harcèlement se banalise, entraînant l'épuisement professionnel, le stress et la souffrance au travail. La société n'est plus qu'un marché, un champ de bataille insensé où le remède proposé aux méfaits de la guerre économique consiste toujours à durcir la lutte. Face à ces transformations, la politique, à son tour contaminée par le « réalisme gestionnaire», semble impuissante à dessiner les contours d'une société harmonieuse, soucieuse du bien commun.


    Peut-on néanmoins échapper à l'épidémie ? Peut-on repenser la gestion comme l'instrument d'organisation et de construction d'un monde commun où le lien importe plus que le bien ? C'est en tout cas la piste qu'ouvre ici le diagnostic du sociologue clinicien.

     

    => Qualité mon cul - Dominique Dupagne  (vidéo rigolote de 3 minutes)


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,